N'allez pas chercher loin : résoudre vos propres problèmes est une bonne façon de développer un nouv

12.12 2018
Image N'allez pas chercher loin : résoudre vos propres problèmes est une bonne façon de développer un nouv

Une startup est une entreprise à la recherche d'un problème à résoudre. Parfois, il semble que les entrepreneurs, surtout ceux qui travaillent dans le domaine de la technologie, sont des personnes agitées qui ont besoin d'un défi. Tout comme les artistes à la recherche d'un exutoire pour leur créativité, certains entrepreneurs créent de fantastiques attrape-nigauds… et des produits de valeur douteuse. 

Pourtant, aussi étrange que ces produits puissent être, il est injuste de se moquer de leurs créateurs. Après tout, l'envie de trouver des solutions, de construire, fait partie de l'ADN de l'entrepreneur. Alors, au lieu de penser à certains problèmes absurdes de la vie d'aujourd'hui, pourquoi ne pas résoudre un obstacle récurrent auquel vous êtes confronté ? Et puis l'utiliser comme base de votre prochaine entreprise. Résoudre vos propres difficultés peut être la base d'une entreprise solide et rentable.


Trouvez vos difficultés.

Pour paraphraser un certain président, "Ne demandez pas ce que vos clients peuvent faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour vos clients". Les entreprises prospères l'ont bien compris : il suffit de regarder Amazon ou Netflix. Trouvez une solution aux problèmes de vos clients plus rapidement et plus efficacement que votre compétition. 

Cette tâche peut être simple et rentable, mais n'est pas facile à réaliser. Sans la bonne mentalité et sans poser les bonnes questions, vous ne serez pas en mesure de prendre de faire croître votre entreprise de la façon la plus efficace et la plus rentable. Et bien que vos tactiques puissent varier en fonction de chaque cas qui se présente à vous, il existe une méthode pour vous aider à trouver votre chemin. J'ai même la preuve qu'elle fonctionne : je l'ai utilisée pour construire ma propre entreprise.


D'une difficulté à une opportunité.

Tout juste sorti de l'école de droit, j'étais sur le point d'accepter une offre d'une grande entreprise, bien que ce soit la dernière chose que je voulais faire. Avant que j'accepte le poste, ma sœur Sayeh m'a demandé de l'aider à démarrer une clinique de santé comportementale, et j'ai sauté sur l'occasion.

Au début, nos installations présentaient des inefficacités dans de nombreux domaines, du travail de laboratoire à la facturation. Nous perdions des revenus et avions du mal à payer le loyer et les salaires. On avait des difficultés. Notre première étape a été de déterminer ce qui n'allait pas.


Quel est le problème ?

Identifier le problème n'est pas aussi facile qu'on pourrait le croire, ne serait-ce que parce qu'il faut tenir compte des facteurs connus et inconnus. Nous avons rapidement constaté que même les procédures les plus simples prenaient énormément de temps. Besoin d'obtenir une autorisation de service ? Un coup de fil de deux heures. Envoyer des échantillons au laboratoire ? Bonne chance pour obtenir les résultats dans un délai de moins de deux semaines.

Bien que nous puissions plus ou moins voir nos points faibles, ce dont nous étions moins sûrs, c'était pourquoi on en avait. Par conséquent, notre deuxième étape a consisté à utiliser les données pour monter un tableau détaillé de nos difficultés.


Faire des essais.

Grâce aux outils d'analyse de données open source, nous avons pu voir exactement quelles zones étaient à l'origine de nos problèmes, et nous avons eus quelques résultats inattendus. 

Nous avons analysé notre flux de revenus provenant des fournisseurs d'assurance et nous avons constaté que les paiements incorrects causés par une erreur humaine des deux côtés constituaient un énorme problème, un problème qui exige des heures de discussion téléphonique pour être résolu. Mais les paiements incorrects n'étaient qu'un symptôme. Lorsque nous sommes passés d'une entreprise extérieure à une facturation interne, d'autres problèmes sont apparus. Beaucoup de nos employés étaient épuisés à cause du travail fastidieux, faisaient des erreurs critiques, oubliaient des détails importants ou tout simplement démissionnaient.

Le coupable de cette frustration ? L'inadéquation des logiciels et de l'analyse des données, ce qui forçait notre équipe interne de facturation à passer des heures au téléphone avec les assureurs. Bien que nous ayons essayé plusieurs logiciels, aucun d'entre eux n'était parfaitement adapté.


Le manque de solution.

Pour cette raison, notre prochaine étape a été de développer notre propre logiciel, en automatisant les parties les plus ennuyantes du processus et en comblant tous les manques que nous avons trouvés. Nos premières itérations étaient loin d'être parfaites.

Au départ, le logiciel ne pouvait pas assembler et présenter les données d'une manière unifiée, comme le rendu de statistiques sous forme de graphiques et de diagrammes circulaires. Sans ces renseignements essentiels, nous ne pourrions pas voir pleinement la santé financière de notre entreprise. Heureusement, le plus grand avantage au développement de votre propre solution est la personnalisation ; nous l'avons développé par nécessité, en incorporant les commentaires des émetteurs de factures et des administrateurs dans chaque nouvelle version.

Curieusement, cette ouverture d'esprit nous a permis de faire évoluer notre produit. Nous avons même parlé avec des comptables d'autres cliniques, et nous avons constaté que leurs listes de vœux étaient aussi longues que les nôtres. Les solutions existantes n'étaient tout simplement pas assez bonnes.

D'une part, les émetteurs de factures devaient vérifier régulièrement le statut d'assurance de leurs patients. C'est particulièrement important dans les cliniques de soins de longue durée, où les patients sont immobilisés pendant des mois à la fois, ce qui peut les empêcher d'effectuer les paiements et de se voir radiés de leur assurance. Pour un émetteur de factures travaillant avec vingt patients, il s'agit d'un appel téléphonique d'une heure par compte, au minimum. Nous avons donc ajouté cette fonction à notre logiciel. Ils peuvent sauter les appels, vérifier les statuts électroniquement et passer à des choses plus importantes.

Tout d'abord, il faut déterminer si une entreprise fait votre produit mieux que vous et si votre modèle d'affaires est utile. Plus votre produit ou service est de niche, mieux c'est. Beaucoup d'entreprises offrent des services similaires, mais aucune n'a abordé précisément les difficultés que nous vivions. Enfin, il n'y a pas de mal à discuter avec les clients potentiels pour mieux comprendre leurs problèmes.


Mauvaise pratique entrepreneuriale ?

Non, je n'accuse pas les entrepreneurs sur l'aspect pratique de leurs idées ; après tout, beaucoup d'entreprises prospères ont changé de cap en cours de route. Twitter a fait ses débuts en tant que société de podcasting avant de devenir un réseau social. Nintendo a commencé comme fabricant de cartes à jouer. Et 3M était un fabricant de papier sablé en faillite avant d'élargir son catalogue.

Mais la prévention est le meilleur remède : mieux vaut avoir un modèle d'affaires solide (autant que possible). Dans une enquête menée auprès de 193 startups ayant échoué, l'absence d'un modèle d'entreprise viable était le facteur le plus souvent cité, représentant 51 % des échecs. Une autre cause importante (et similaire) était l'absence de besoin du marché (23 %). Cependant, l'incapacité à évoluer n'a joué un rôle que dans environ 9 % des échecs.


Ainsi, un modèle d'affaires défectueux peut faire couler votre entreprise plus vite que vous n'ayez le temps de songer à évoluer vers une autre offre. Bien qu'un entrepreneur ne puisse pas toujours être prêt aux caprices du marché, les gens vous paieront beaucoup plus si vous pouvez rendre leur vie moins compliquée. Il ne faut pas nécessairement trouver un nouveau problème à résoudre. Concentrez-vous sur les problèmes qui vous entourent (vous ou vos clients) et monétisez vos solutions.